Henri GUINIER

(1867-1927)

Elève à l’Ecole des Arts et Métiers de Châlons en Champagne à partir de 1883, il devient ingénieur en 1889. Admis au cours de l’Académie Julian et de l’École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Benjamin-Constant (1845-1902) et Jules Lefebvre (1834-1912), il se consacre rapidement à la peinture, sa véritable passion. En 1896, il obtient le second prix de Rome, puis une médaille d’or au Salon des Artistes Français de 1898, année où il obtient une bourse de voyage qui lui permet de parcourir la Hollande, la Suisse et l’Italie. Il obtient une médaille d’argent à l’Exposition universelle de 1900. En 1907, il est lauréat du prix Henner.

À Paris, Henri Guinier fait la connaissance de Fernand Legout-Gérard qui lui fait découvrir Concarneau. Il y achète une villa pour l’été et passe l’hiver dans sa maison de Neuilly-sur-Seine. Il devient président de l’Union artistique des Amis de Concarneau, côtoyant des peintres comme Alfred Guillou,  Harrison, Delobbe. « C’est l’un de ces peintres bourgeois, vivant confortablement de tableaux de commande, qui, une fois en vacances, peignent uniquement par plaisir, au gré des promenades et des coups de cœur ».  En 1909, il participe avec d’autres peintres à la décoration de la mairie de Neuilly-sur-Seine, peignant La Tapisserie.

n°361 “Le quai nul au couchant à Concarneau” huile sur toile 37 x 63 cm

n°236 “Coucher de soleil au pin” pastel su papier 24 x 33 cm

n°52 “Clairière ensoleillée” pastel sur papier 23 x 32 cm

n°56 “Etude de nuages à la montagne” pastel sur papier 24 x 32 cm

n°75 “Ciel de Montagne” Etude –  pastel sur papier 24 x 33 cm

n°100 “Etude d’arbres à l’automne” pastel sur papier 24 x 33 cm